En toute humilité.

Voici mon histoire, ma motivation.

Là ou tout a commencé.

Mon histoire

À 20 ans.

J’étais assise devant ma médecin, Dre Gilbert.

Alors qu’elle me prédisait mon avenir.

Mon souffle a coupé net.

Mon corps s’est raidi comme une barre pendant que mon coeur jouait du tambour dans ma poitrine.

Si je m’étais levée à ce moment-là, j’aurais été capable de courir sans même m’essouffler tellement il y avait de l’action dans mon corps. 

Je ne me souviens même pas d’avoir cligné des yeux tellement j’étais pétrifiée.

Dans les mots qu’elle venait de prononcer il y avait: hospitalisation, danger de mourir et…

PSYCHIATRIE. 😱

Je capotais.

J’ai sauté dans le wagon de ma première pensée et passé en vitesse TGV dans l’escalade de scénario catastrophe.

Ma vie allait s’écrouler. Pourtant je voulais m’en sortir, mais pas au point de payer ce prix-là.

La honte de dévoiler à mes proches ce que je vivais.

La crainte que mes proches veuillent m’aider avec leurs mots maladroitement placés.

Peur des malaises et de tout ce que ma situation allait refléter sur moi. Les bla-bla derrière mon dos : « hey, tu sais pas quoi? Tsé Audrey… »

Personne n’allait plus jamais me percevoir de la même manière.

Sans parler du temps que mon rétablissement allait prendre. Les douleurs émotionnelles, parler de moi, de mes secrets…me faire juger. Me sentir conne, faible.

Comment éviter ça?

Alors j’ai protesté tellement fort pour ne pas être hospitalisée sur-le-champ que Dr Gilbert a décidé de m’accorder une chance.

2 semaines.

Pour prouver que j’étais capable d’apporter des changements dans ma vie.

Avec évidemment une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

Si au terme des 2 semaines, elle ne voyait pas de changement, elle me faisait hospitaliser à l’aide de la loi P38.

Tsé la loi qui permet d’hospitaliser quelqu’un de force et sans son consentement. 

Ark. 

Je suis donc sortie de son bureau, un diagnostic de trouble alimentaire et de trouble d’anxiété généralisé en poche.

Bref, équipée pour la gloire. 🙄

En sortant du CLSC, j’étais déterminée.

La seule solution possible pour me sortir de là…le suicide. Pour vrai, 2 semaines! Impossible.

C’est impressionnant à quel point cette option semble facile quand rien ne va plus.

Le gouffre devant moi me semblait infranchissable. Tout ce qu’il y avait en moi c’était une grande fatigue, de la tristesse, du désespoir, de la perte de sens et l’incontournable sentiment d’échec.

En marchant, j’énumérais les moyens que j’allais prendre…où…quand…comment?

J’étais tellement dans ma tête que je suis tombée en mode automatique.

Tsé comme quand on part d’un point A mais qu’on ne se souvient pas comment on est arrivé à B.

Tu t’attends surement à ce que je te raconte le moment magique ou je suis tombée par hasard sur un endroit enchanteur avec des arbres, des fleurs et des papillons multicolores. 🧚🏻♀️🦄

Qu’en m’assoyant au pied d’un arbre magnifique, dans l’herbe grasse et verte j’ai eu une illumination qui a tout changé. 

Ben non.

Je suis effectivement tombée sur un endroit.

Un stationnement abandonné avec des touffes de mauvaises herbes qui essayaient de reprendre le contrôle de la place. 

Autour, il y avait des bâtiments dégarnis, jaunis et vieux, style Bougon. 

En guise d’arbre magique, il y avait des gros blocs de béton pour empêcher les voitures d’aller se stationner là.

Voilà mon endroit magique.

Un stationnement sec, poussiéreux et crasseux.

Pourquoi je me suis arrêtée là?

Honnêtement je ne le sais pas.

J’imagine que ça «fitait» avec mon humeur vide.

Bref.

Je me suis assis sur le bloc de béton.

Celui du milieu si je me rappelle bien.

Je ne sais pas combien de temps je suis restée là.

Par contre j’ai un souvenir clair comme de l’eau de roche de ce que j’ai pensé juste avant de prendre la décision la plus importante de ma vie.

Celle qui me permet de te raconter cette histoire-là aujourd’hui, qui est à l’origine de la formation que j’ai créée et du métier que j’exerce.

La décision qui a bouleversé mon existence pendant des années.

À travers mon incessante réflexion, une pensée a émergé.

Je le dis comme ça parce que c’est vraiment comme ça que je l’ai senti.

Je me suis fait la réflexion suivante:

En ce moment je n’ai absolument plus rien à perdre alors me suicider est la meilleure option.

Mais vu que je n’ai plus rien à perdre, je n’ai rien à perdre à essayer de m’en sortir.

Ça ne peut pas être pire, je suis déjà dans le trou. J’ai à ce moment précis, développer la force du : « ouin, pis? ».

Les gens allaient savoir. Ouin, pis?

J’allais devenir une honte. Ouin pis?

Les gens allaient parler de moi. Ouin pis?

C’est juste que cette indifférence-là a le dos large, je ne pouvais pas penser m’en sortir « ad vitam aeternam » avec ça.

Alors j’ai signé un contrat avec moi même.

Je me suis donné 3 mois pour essayer de me rétablir. 

Dans ces 3 mois-là, j’allais prendre ma vie et la remettre à de purs inconnus.

Mon pouvoir d’agir, mes décisions et mes comportements allaient m’être dictés par une psychologue, une nutritionniste et une médecin. 

Dans les notes de bas de page de mon contrat, écris en très petit, était inscrit qu’à l’échéance de mon essai, si aucun changement n’était advenu, le suicide serait mon option.

Ça a l’air facile décrit comme ça.

Mais ces 3 mois-là ont été un pur calvaire. J’ai sauté en plein milieu du gouffre.

Je me suis éclatée la face au fond, ça a fait mal.

Je me suis relevée. J’ai regardé la paroi, pris un grand respire et posé ma main sur une prise.

Cette prise là état la psychologue qui a accepté mon suivi.

J’ai commencé l’ascension et à chaque prise, chaque manque de force, chaque glissement, elle était là. 

Elle m’a fait cadeau d’une chose pourtant bénigne et simple.

Une considération authentique teintée d’une réelle envie de m’aider.

Elle m’a fait sentir que j’avais de la valeur à ses yeux.

Je me suis accrochée à elle comme on s’accroche à une bouée.

Les mois ont passé, les années.

Et même si nos rencontres se sont terminées, que je suis arrivée en haut, elle reste un ancrage puissant dans ma vie aujourd’hui. 

Je n’ai jamais arrêté mon élan de cheminement suite à tout ça. 

Lecture, développement personnel, formations +++

J’ai terminé ma 13e année de carrière comme intervenante et gestionnaire des interventions en santé mentale pour débuter comme Coach certifiée en programmation neurolinguistique et PCM.

Je pratique depuis maintenant 3 ans.

J’ai un bagage rempli d’expérience et d’outils qui combinent plusieurs années de pratique, de recherche et de formation. 🎒

Je me retrouve devant l’écran aujourd’hui pour te partager ce savoir-là.

Parce que je me considère maintenant moins anxieuse que la «normale» des gens et que j’ai envie de donner cette possibilité-là aux plus de gens possible. À toi par exemple.

Parce que je n’ai plus aucun symptôme lié au trouble alimentaire.

Oui, c’est possible. 

Mais surtout.

Parce que j’ai envie de t’offrir ce que ma thérapeute m’a donné. 

Une considération authentique teintée d’une réelle envie d’aider.

Alors j’ai récolté au fil du temps, une façon de faire qui te propulse de l’autre côté du gouffre.

Plus besoin de descendre pour remonter et si tu te trouves déjà en bas, je suis en mesure de te lancer une corde et de te tirer pour t’aider à monter.

Tu vois, toute cette histoire, mon histoire. J’aime me dire que sa raison d’être était de m’amener ici. 

J’ai la croyance profonde qu’elle m’a préparé à la création de cette formation, qui apporte tellement de valeur dans la vie des gens.

Je sens qu’à travers elle, je contribue réellement à te donner ce qu’on m’a un jour offert.

Un but, une contribution concrète, une réussite et un réel état de bonheur.  

C’est aussi ce que j’ai envie de t’offrir dans cette formation : Sors de ton cadre, soi « TOI » sans frontières.

Mais avant, j’aimerais t’offrir cette mini formation gratuite, 👉🏼 🔴 👈🏻 parce que oui, je gagne ma vie en exerçant ma passion, mais mon but premier est que tu puisses aussi traverser tes gouffres.

Et toi, si tu pouvais signer un contrat avec toi-même, tu mettrais quoi dedans?

Envoie-moi un courriel pour m'en faire part. 😌

Audrey

Dans ce groupe, tu découvriras d'autres histoires comme la mienne. Des gens qui ont envie de partager. De grandir. D'avancer. Tu es bienvenue. ❤️

© 2021 Audrey Dion Coach. Tous droits réservés